Categories

Pentecôte

TROPAIRE

BÉNI sois-tu, Christ notre Dieu, qui as rendu maîtres en sagesse de simples pêcheurs, leur envoyant l'Esprit Saint, et, par eux, prenant au filet l'univers entier. Gloire à toi, Ami des hommes!

PROKEIMENON (Psaume 18, 2 et 5)

Les cieux racontent la gloire de Dieu; l'œuvre de ses mains, le firmament l'annonce.
Par toute la terre a retenti leur message, leur parole jusqu'aux limites du monde.

ÉPITRE Actes 2, 1-11

LE JOUR de la Pentecôte étant arrivé, les apôtres se trouvaient tous ensemble dans un même lieu, quand, tout à coup, vint du ciel un bruit tel que celui d'un violent coup de vent qui remplit toute la maison où ils se tenaient. Ils virent apparaître des langues qu'on eût dites de feu; elles se divisaient, et il s'en posa une sur chacun d'eux. Tous  furent alors remplis de l'Esprit Saint et commencèrent à parler en d'autres langues, selon que l'Esprit leur donnait de s'exprimer.
Or il y avait, résidant à Jérusalem, des hommes pieux venus de toutes les nations qui sont sous le ciel. Au bruit qui se fit, la foule s'assembla et fut bouleversée, car chacun les entendait parler sa propre langue. Dans leur stupeur et leur émerveillement ils disaient: « Ces hommes qui parlent, ne sont-ils pas tous Galiléens? Comment se fait-il alors que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle? Parthes, Mèdes, habitants de Mésopotamie, de Judée et de Cappadoce, du Pont et d'Asie, de Phrygie et de Pamphilie, d'Egypte et de cette partie de la Libye qui est proche de Cyrène, Romains en séjour ici, Juifs et prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons publier dans notre langue les merveilles de Dieu !»

ALLELUIA Psaume 32, 6 et 13

Par sa parole les cieux ont été faits, par le souffle de sa bouche, toute leur armée.

Du haut des cieux, le Seigneur regarde, il voit tous les fils d'Adam.

ÉVANGILE Jean 7, 37-52 et 8, 12.

LE DERNIER jour de la fête, le grand jour, Jésus, debout, lança à pleine voix: «Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi et qu'il boive; celui qui croit en moi, selon le mot de l'Écriture, de son sein couleront des fleuves d'eau vive.» Il disait cela de l'Esprit que devaient recevoir ceux qui croiraient en lui; car il n'y avait pas encore d'Esprit, parce que Jésus n'avait pas encore été glorifié.
Dans la foule, plusieurs qui avaient entendu, disaient: «C'est vraiment lui, le prophète !» D'autres: «C'est le Christ.» Mais d'autres répondaient: «Le Christ viendrait-il de Galilée? l'Écriture ne dit-elle pas que c'est de la descendance de David et du bourg de Bethléem que le Christ doit venir ?» La foule se divisa donc à son sujet. Certains voulaient l'arrêter, mais personne ne porta la main sur lui. 
Les gardes revinrent trouver les grands prêtres et les Pharisiens. Ceux-ci leur dirent: «Pourquoi ne l'avez-vous pas amené?» Les gardes répondirent: «Jamais homme n'a parlé comme cet homme !» Les Pharisiens leur répliquèrent: «Vous vous êtes donc laissé prendre, vous aussi! Est-il un seul des notables qui ait cru en lui, ou un seul des Pharisiens? Mais cette racaille qui ignore la Loi, ce sont des maudits !» Nicodème, l'un d'eux, celui qui était venu précédemment trouver Jésus, leur dit: «Notre Loi condamne-t-elle un homme sans qu'on l'entende et qu'on sache ce qu'il fait ?» Ils lui répondirent: «Serais-tu Galiléen toi aussi? Étudie! Tu verras que de la Galilée ne surgit pas de prophète.» 
Jésus leur adressa encore la parole. Il dit: «C'est moi la lumière du monde; qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais aura la lumière de la vie.»